Il était une fois une citrouille

Quelle meilleure entrée en matière pour parler de notre fête de la courge qu’en nous replongeant quelques courts instants au coeur de notre enfance. Nous voici au royaume des contes de fée et plus particulièrement dans celui de Cendrillon où sa marraine, la fée changea une citrouille en carrosse afin qu’elle puisse se rendre au bal. Cette version de Cendrillon fut imaginée par Charles Perrault et reprise à l’écran par Walt Disney.

Pour la petite histoire, saviez-vous que 345 versions de ce conte ont été répertoriées dont la plus ancienne est chinoise et date du IXe siècle avant J-C ! Mais ce fut Ch. Perrault qui, le premier, mit en scène la citrouille. Refermons cette petite parenthèse littéraire et intéressons nous à ce fruit sous sa forme biologique.
L’homme cultive la citrouille depuis des millénaires. Son histoire ancienne est largement centrée sur le continent américain, dans la zone occupée actuellement par le Mexique. Des restes de citrouille vieux de quelques 8 500 ans avant J-C y ont été découverts. Toutes les espèces de courges du Nouveau Monde seraient arrivées en Europe grâce aux explorateurs venus chercher de l’or et des épices. Certains sont repartis avec des semences de végétaux qui constituent la base de notre nourriture, tomates, pommes de terre et citrouilles. Mais la piste américaine n’est pas unique. Il reste le problème des courges que mangeaient les Latins, appelées déjà à l’époque des « Cucurbita de concurvata » (recourbé) relatif à la forme de leur tige.
Le mot citrouille apparaît dans la langue française au XIIIe siècle, bien avant les voyages des explorateurs. Il ne désignait donc pas la même plante que quelques siècles plus tard.
Voici en ce qui concerne un bref regard du côté historique et nous allons maintenant vous causer de son aspect botanique.
La citrouille appartient à la famille des Cucurbitacées, rangée au chapitre des légumes-fruits et dans laquelle on dénombre cinq espèces différentes :
 Cucurbita Pepo qui regroupe les courges à graines nues et les pâtissons. Cette plante est recouverte de piquants. Le pédoncule est marqué de 5 à 8 divisions qui se prolongent sur le fruit en côtes ou par une coloration différente.
 Cucurbita maxima qui se compose des potirons, potimarrons et giraumons. La queue du fruit, le pédoncule, est cylindrique, sans côtes et, au toucher, ressemble à du liège.
 Cucurbita Moschata qui rassemble les courges musquées dont la courge musquée de Provence qui se trouve très souvent sur les étals de marché.
 Cucurbita ficifolia où l’on trouve la courge de Siam qui vient d’Amérique centrale.
 Cucurbita mixta qui, comme son nom l’indique, présente des caractéristiques intermédiaires entre ceux des 3 premières espèces précitées.

remonter