L’agriculture à Rians

La commune de Rians a toujours été marquée par l’agriculture avec diverses productions qui sont similairement les mêmes qu’aujourd’hui. Toutefois, un équipement a réellement favorisé le maintien de cette activité sur la commune. En effet, le passage dans les années 70 du Canal de Provence, rendant une grande partie des parcelles agricoles irrigables, a permis de développer les cultures maraichères dont la courge.
L’agriculture à Rians s’étend sur 1 650 ha (17% du territoire communal). Cette forte présence sur le territoire présente plusieurs intérêts, en effet l’agriculture :
 Produit des biens alimentaires variés : fruits et légumes (courges, melons, ail, oignons, petits pois,…), céréales (blé, maïs, orge, sorgho,…), viandes (agneaux,…) et des produits laitiers (fromages de chèvres,…).
 Produit un vin de qualité labellisé via l’AOC Côteaux d’Aix-en-Provence. La commune compte une Cave Coopérative et quatre domaines viticoles.
 Lutte contre les risques incendies, zone de transition entre l’espace boisé et l’espace urbain et par les parcours pastoraux.
 Participe à la gestion cynégétique du territoire.
 Dessine des paysages variant au gré des saisons et des productions.
 Génère un cadre de vie rural, identité forte de la commune.
Cette agriculture dépasse les limites communales et forme, avec les communes voisines (Ginasservis et Artigues), un bassin agricole.
La commune compte 20 exploitants agricoles professionnels, parmi lesquels :
- 7 exploitants faisant des céréales et du maraichage
- 4 céréaliers
- 4 domaines viticoles
- 3 exploitations en élevage
- 1 pépiniériste


A noter, la commune compte également, comme gestionnaire de l’espace agricole, des particuliers qui exploitent de nombreuses parcelles.


Neuf exploitants de la commune cultivent la courge.

Cette production suit plusieurs étapes :
Fin Avril : plantation des graines de courge, dans la terre, protégées par un film plastique (le « paillage »)
 8 jours après : les graines germent et pour éviter que le soleil les brule et qu’elles puissent se développer, le film plastique est ouvert à chaque bouture
10 jours après : ces petits plants sont butés pour les protéger du vent et éviter le développement de l’herbe (appelé également « chausser »)
Jusqu’au ramassage, on compte environ 4 arrosages, par aspergeur ou goutte à goutte
Fin août : les courges sont coupées et alignées sur le plastique
Début septembre : ramassage et stockage des courges
Conseil de conservation : une courge peut se conserver jusqu’au mois de mars, pour cela il faut la stocker dans un endroit tempéré et surveiller l’arrivée de parasites.

remonter